Ichiro Kishimi : Avoir le courage de ne pas être aimé 📕 Résumé complet du livre et Avis ✨

Ichiro Kishimi a écrit un merveilleux livre sur le courage et l’acceptation de soi. Aujourd’hui, j’aimerais le partager avec vous.

Quelle est votre profession ? Un enseignant, un éducateur ? Ou peut-être un parent ? Vous comprendrez alors ce que nous voulons dire ici : se tenir au courant des enfants que vous éduquez ou dont vous vous occupez est très laborieux. Cela demande un véritable effort pour se mettre au diapason des recommandations en matière d’éducation chaque minute et de développement de l’enfant. Tout cela vous donne l’impression de devoir mettre la main sur un nouveau manuel à lire absolument chaque semaine !

Ichiro Kishimi vous conseille de vous détendre. Vous n’êtes pas obligé de suivre les progrès de chaque roman dans ce domaine.

Le fait est que les enfants ont toujours été difficiles, exigeants et exigeants. Quelle est la raison pour laquelle vous vous efforcez de trouver des solutions nouvelles à des problèmes séculaires ? Le psychologue viennois Alfred Adler a élaboré des théories très novatrices sur l’éducation et le développement de l’enfant au début des années 1900. En outre, son érudition sans âge sur les méthodes d’éducation et de formation d’enfants joyeux et autonomes continue d’être applicable à notre époque également.

Pour trouver votre voie et être épanouie au quotidien, je vous invite chaudement à suivre notre formation ikigai.

Découvrons maintenant ce superbe livre emprunt de sagesse écrit par Ichiro Kishimi et Fumitake Koga…

Le livre de Ichiro Kishimi, Avoir le courage de ne pas être aimé

Chapitre 1 – Lorsque nous donnons une éducation, nous visons à ce que les enfants acquièrent une certaine autonomie

Pourquoi éduquons-nous un enfant ? Voici une question important que pose Ichiro Kishimi au début de son livre.

L’éduquons-nous pour qu’il apprenne à lire et à écrire ? ou pour qu’il puisse résoudre des équations différentielles, dire à haute voix les capitales de chaque État, ou répéter pi jusqu’à la 20e décimale de mémoire ?

Ce que suggère le psychologue Alfred Adler est plus profond que cela.

Sa théorie introduit deux notions clés qui sont impliquées dans l’autonomie.

Tout d’abord, la psychologie adlérienne suggère que les humains sont formés pour s’efforcer de se développer et d’être autonomes. Ichiro Kishimi vous incite à considérer ceci : Lorsque nous sommes enfants, nous avons envie de surmonter nos faiblesses. Cette envie nous pousse à ramper, à marcher et à parler. Les gens sont intrinsèquement poussés vers une autonomie croissante.

Ensuite, cette confiance en soi implique la réalisation de nos anticipations personnelles et uniquement de nos anticipations personnelles. En fait, Adler met en avant deux classes de « tâches ». Il y a une tâche pour nous-mêmes – qui nous intéresse – et une tâche pour les autres – qui les intéresse. Ichiro Kishimi pense que les gens ne devraient pas accomplir des tâches qui ne relèvent pas de leur responsabilité.

Ainsi, par exemple, si mon patron ne m’aime pas, il n’est pas nécessaire de faire des efforts pour modifier ce qu’il pense de moi. Elle peut avoir une bonne opinion de moi ou non, mais ce n’est pas ma tâche. En outre, lorsqu’on s’occupe de sa propre tâche sans se mêler de celle des autres, on atteint l’autonomie.

Adler pensait que le bonheur authentique s’acquiert en acquérant une autonomie complète. Cependant, il ne faut jamais faire l’hypothèse erronée que cela implique de se retirer. Ce qu’il croit, c’est que les personnes qui sont véritablement autonomes s’intègrent de manière congruente dans la société et qu’elles peuvent accomplir leurs propres tâches en même temps.

Alors… Essayez de répondre à cette question de Ichiro Kishimi : où l’éducation joue-t-elle un rôle dans tout cela ?

À première vue, la psychologie adlérienne peut sembler n’avoir aucune place dans un contexte éducatif. Le concept d’éducation à l’autonomie ne semble-t-il pas un peu contre-intuitif ? De plus, si l’on tient compte de la logique d’Adler, il est certain que l’apprentissage est une tâche qui implique les enfants – elle n’implique pas un instructeur ou une famille. N’est-ce pas ?

En réalité, et selon Ichiro Kishimi, Adler considérait l’éducation comme vitale pour l’autosuffisance. Vous souvenez-vous de la façon dont elle est liée à la société ? L’opinion d’Adler était que les enfants acquièrent l’autosuffisance et les connaissances nécessaires pour faire partie de leur société en diffusant des informations humaines – des choses telles que les méthodes de communication avec les autres, ou la signification du signe du feu vert à un passage pour piétons. Pour le dire autrement, l’éducation.

Dans les chapitres suivants du livre de Ichiro Kishimi, vous en apprendrez davantage sur la façon dont les idées d’Adler sur l’éducation peuvent être mises en œuvre pour aider les enseignants et les parents à élever des enfants autonomes et heureux.

Chapitre 2 – Le respect consiste à percevoir un autre individu tel qu’il est

Ichiro Kishimi vous invite à imaginer une salle de classe. Il y a un instructeur devant le tableau. Il a préparé un cours attrayant et éducatif. Il a choisi méticuleusement le matériel qu’il va utiliser et a conçu des tâches engageantes et adaptées à l’âge de ses élèves. Cependant, ses élèves sont ingérables. Ils négligent ce qu’il enseigne et refusent de l’écouter ou de s’asseoir sur leur chaise. De plus, les élèves font la course dans le couloir et font des dessins sur les murs de l’école.

Comme vous pouvez le remarquer, ses leçons manquent d’un élément fondamental. Le respect.

Cependant, de qui parlons-nous lorsque nous évoquons le respect ?

D’après Ichiro Kishimi, beaucoup supposeraient que les élèves doivent commencer à montrer du respect à leur instructeur. Mais, selon Adler, c’est l’instructeur lui-même qui doit commencer à montrer du respect à ses étudiants.

La plupart des gens pensent que montrer du respect à quelqu’un implique d’accepter son pouvoir. Cependant, Adler aborde la question sous un angle totalement différent. Pour lui, le respect est un instrument permettant de construire des relations. En fait, Adler pensait que le fait de montrer du respect aux autres était la base de relations solides. De plus, des relations solides jouent un rôle fondamental pour que les gens prêtent attention à ce que vous dites.

Pensez au dernier chapitre où Adler a souligné que l’autosuffisance dépend de l’intégration dans la société. Après tout, le respect permet les relations qui nous sont nécessaires pour cette insertion.

Une autre chose que soulève Ichiro Kishimi et dont vous devez être conscient est que le respect adlerien existe. Pour lui, le respect ne consiste pas à tenir quelqu’un en haute estime ou à admirer ses réalisations. Adler pensait que pour respecter profondément une autre personne, il suffit de la respecter pour ce qu’elle est, sans faire de commentaires à son sujet.

Revenons à ce professeur qui a des problèmes avec des élèves qui désobéissent. Ce qu’Adler propose, c’est que l’instructeur n’ait pas besoin de voir le respect de ses élèves. L’instructeur lui-même doit commencer à leur témoigner du respect – en les respectant pour les personnes qu’ils sont, sans donner aucune sorte de seconde opinion.

S’il tient compte de ce conseil, ses élèves lui témoigneront du respect, n’est-ce pas ? De plus, comme il y aura un respect réciproque, les élèves seront attentifs à ce qu’il dit et participeront à sa leçon, n’est-ce pas ? Voici des raisonnements intéressants de Ichiro Kishimi.

Peut-être le feront-ils. Peut-être pas. Montrer du respect à une autre personne ne garantit pas qu’elle vous en montrera aussi. Cependant, si l’instructeur accepte ses élèves tels qu’ils sont, il incite par conséquent tous ses élèves à s’accepter eux-mêmes. Ainsi, cette acceptation constitue une marche sur l’échelle de l’autonomie.

GUIDE IKIGAI : TROUVEZ UN SENS A VOTRE VIE EN 9 ÉTAPES ✨
Découvrez la méthode gagnante pour changer de vie et enfin vivre de votre passion !

Chapitre 3 – Évitez de réprimander les comportements problématiques… mais évitez aussi d’encourager la bonne conduite

Ichiro Kishimi vous invite maintenant à supposer qu’un enfant reçoive une loupe en cadeau d’anniversaire. À l’aide de la loupe, l’enfant découvre un monde d’insectes fascinant. L’enfant passe beaucoup de temps à regarder les fourmis qui marchent dans l’herbe, enthousiaste à l’idée d’en savoir plus sur leur conduite diligente. Puis, au hasard, l’enfant découvre qu’il est possible d’utiliser la loupe pour intensifier les rayons du soleil. Maintenant qu’elle est enthousiaste à l’idée d’apprendre deux choses, elle dirige les rayons du soleil sur une fourmi, ce qui a pour effet d’enflammer cette dernière.

L’enfant dans ce scénario est-il impitoyable ? D’après Ichiro Kishimi, l’enfant ne l’est pas. Ce qui s’est passé est le résultat de la curiosité de l’enfant, qui ne connaissait pas la valeur d’une vie – même si cette vie appartient à une fourmi.

Ainsi, et selon Ichiro Kishimi, la plupart des comportements problématiques des enfants, comme mettre le feu aux fourmis, crier dans des endroits silencieux ou aller sur des routes pleines de trafic, découlent du fait qu’ils ne savent rien. C’est précisément pour cette raison que nous n’obtiendrons aucun bon résultat si nous les réprimandons. Ce qui est bien, c’est de leur montrer ce qu’ils ne savent pas et de dire à l’enfant à la loupe que la vie – quelle que soit la personne à qui elle appartient – est très précieuse. Arrêtez de réprimander l’enfant qui fait quelque chose sans être conscient du résultat de son action.

Vous pourriez trouver cette recommandation sympathique… mais seulement dans une certaine mesure, certainement ? Un enfant de maternelle peut refuser de suivre les règles parce qu’il ne les connaît pas. Cependant, que se passe-t-il si c’est un enfant de dix ans qui connaît parfaitement les règles, mais qui les néglige quand même ? En voici des questions déroutantes posées par Ichiro Kishimi et Fumitake Koga

Ce qu’Adler avance, c’est que réprimander un mauvais comportement est infructueux même si c’est le cas. De plus, féliciter un bon comportement n’est pas plus productif que le premier.

En fait, Adler a divisé les comportements problématiques en plusieurs niveaux. Chacun d’entre eux démontre la façon dont le fait de féliciter ou de réprimander les enfants favorise en fait le mauvais comportement.

Ichiro Kishimi vous invite à regarder le premier niveau qui est la « demande d’admiration ». Si les enfants sont félicités pour leur bonne conduite, ils se conduisent bien pour pouvoir être davantage félicités. Cela déclenche le deuxième niveau, appelé « attraction de l’attention » par Adler. Cela se produit lorsqu’un enfant se conduit bien mais n’est pas félicité comme il l’avait prévu. Plus tard, il commence à adopter un comportement perturbateur pour attirer l’attention, ce qui lui vaut d’être réprimandé. Cependant, l’enfant pense que l’attention qu’il a reçue sous la forme d’une réprimande est toujours préférable à l’absence d’attention.

N’oubliez pas que, quelle que soit la façon dont l’enfant se comporte – bien ou mal -, ses actions sont conçues pour attirer l’attention (selon Ichiro Kishimi). Par conséquent, la solution pour les familles et les instructeurs qui doivent faire face à des comportements problématiques est de ne pas faire de louanges ou de réprimandes lorsqu’ils s’occupent de leurs enfants.

Cependant, les louanges ne sont-elles pas une bonne chose ? Comment élever un enfant heureux, mentalement et physiquement bon, si vous ne le félicitez pas pour son bon comportement ? Vous en saurez plus à ce sujet dans le chapitre suivant du livre de Ichiro Kishimi et Fumitake Koga.

Ichiro Kishimi est l'auteur du livre Avoir le courage de ne pas être aimé

Chapitre 4 du livre de Ichiro Kishimi – Les éloges entravent le développement et favorisent une rivalité néfaste

Étoiles d’or, bulletins brillants, et bien d’autres… Selon Ichiro Kishimi, l’éloge est l’un des instruments les plus puissants que les enseignants d’aujourd’hui peuvent utiliser. Les éducateurs considèrent généralement l’éloge comme une sorte de bon renforcement – féliciter un enfant lorsqu’il a un bon comportement, dit la théorie, et l’enfant continuera à avoir ce bon comportement.

Cependant, la réalité est tout autre : les félicitations fonctionnent contrairement à ce que nous pensons.

Félicitez un enfant lorsqu’il fait un bon travail et l’enfant percevra la félicitation comme la récompense de son bon travail. Bien que la plupart des gens développent généralement cette habitude, cette habitude est gravement non adlérienne d’après Ichiro Kishimi.

Nous avons mentionné la notion de tâches d’Adler ? Donc, dans ce cas, le devoir de l’enfant est de travailler. Les félicitations ne font pas partie de ses tâches. Si une instructrice recommande le travail d’un enfant, elle détourne l’attention de l’enfant de sa tâche. De plus, l’instructrice éduque l’enfant à chercher le bonheur dans les louanges et le prive de la joie plus profonde d’un bon travail effectué pour lui-même.

Passez dès maintenant votre test ikigai gratuit pour trouver du bonheur dans votre vie quotidienne.

Si l’on en croit Ichiro Kishimi, l’éloge repousse également le respect. Le point de vue d’Adler sur le respect est qu’il s’agit d’accepter les autres comme ils sont, sans avoir de qualifications. Cependant, les louanges signifient uniquement : « Tu es digne de mon respect tant que tu te comportes d’une certaine manière, mais si tu ne te comportes pas de cette manière, je ne te montrerai pas mon respect. »

Que se passe-t-il après avoir félicité un enfant bruyant qui écoute en silence pendant l’heure du conte ? Peut-être fera-t-il de moins en moins de bruit à l’avenir. Cependant, nous lui faisons savoir que nous ne lui accorderons notre attention que s’il ne se comporte pas comme son personnage habituel.

Si l’on s’accorde à croire Ichiro Kishimi, les félicitations établissent également une hiérarchie dans l’atmosphère d’une classe. Comme vous pouvez le comprendre, il est impossible de distribuer les félicitations de manière uniforme – sinon, les félicitations deviennent superflues. Ainsi, certains enfants sont davantage félicités et d’autres ne le sont pas autant que les premiers. Cela crée une hiérarchie, qui conduit à la rivalité. Peu après, les louanges poussent les élèves d’une même classe à la compétition.

Pourtant… la vie est faite de rivalité, n’est-ce pas ? Sans aucun doute, si nous protégeons nos enfants de la rivalité à l’école, ils ne seront pas en mesure de résister aux rivalités sans fin dans la vie adulte.

Cependant, Adler voit une différence entre la compétition et la rivalité. La compétition fait partie de la vie elle-même. Mais, la rivalité ne constitue pas une partie de la vie.

Ichiro Kishimi vous invite maintenant à supposer que vous participez à un marathon et qu’il y a de nombreux autres coureurs autour de vous, mais vous ne ressentez aucune rivalité. Vous continuez à concourir. En fait, les autres coureurs vous encouragent à aller plus vite et à continuer à courir. Et après avoir terminé le marathon, votre sentiment de réussite ne dépend pas de votre classement (premier, deuxième, etc.). C’est à cela que ressemble une compétition dans laquelle il n’y a pas de rivalité.

Vous serez d’accord avec Ichiro Kishimi, la compétition a toujours existé dans notre société, mais on ne peut pas en dire autant de la rivalité. En outre, en refusant de construire des hiérarchies par le biais de l’éloge, les instructeurs ont la capacité d’éliminer la rivalité de la classe.

Chapitre 5 – Bien que les enfants ne soient pas supérieurs aux adultes, leur infériorité leur donne un avantage

Vous serez du même avis que Ichiro Kishimi, les enfants sont des personnes complexes, intelligentes et inconstantes, ce qui ressemble beaucoup aux adultes. De la même manière que les adultes, les enfants ont aussi des besoins et des désirs subtils. De plus, ils ont aussi leurs propres opinions et sentiments, qui sont également pertinents pour les adultes.

Cependant, soyons honnêtes : socialement, les enfants sont inférieurs aux adultes. Les adultes peuvent faire de nombreuses choses alors que les enfants ne peuvent pas faire la plupart d’entre elles, comme voter, conduire une voiture, consommer de l’alcool légalement, ou même atteindre le rayon le plus haut du supermarché.

Adler a écrit que les enfants éprouvent généralement un complexe d’infériorité, un sentiment de colère qui se manifeste lorsqu’une personne pense être incompétente par rapport aux autres. L’enfant se sent en détresse. Par conséquent, si un enfant nous parle de ce qui le bouleverse, notre premier réflexe est de l’apaiser par des paroles de soutien et de réconfort. Malheureusement, le sens sous-jacent de ces mots est le suivant : Tu es complet. Tu es au-dessus des autres. Vous êtes unique et ne ressemblez pas aux autres.

Au fil du livre ikigai de Ichiro Kishimi, il y a une chose que vous devez garder à l’esprit. Il est tout à fait normal que les enfants se sentent incomplets. En fait, les enfants commencent leur vie à partir d’un « lieu d’incomplétude », comme l’a nommé Adler, ce qui indique que leur croissance se poursuit. Bien que leur esprit soit complexe, ils sont frêles et petits par rapport aux caractéristiques physiques des adultes. Chaque jour, ils doivent faire face au décalage entre leurs désirs et leurs capacités.

Cependant, s’il y a quelque chose que notre civilisation nous a appris, c’est que l’infériorité n’est pas forcément un désavantage. Nous ne sommes sûrement pas parmi les créatures les plus puissantes de la Terre. Cependant, notre faiblesse nous pousse à aller de l’avant. S’il était possible de se déplacer aussi rapidement que les chevaux, il n’y aurait pas besoin de trains et de voitures. S’il nous était possible de voler dans le ciel comme les oiseaux, nous n’aurions pas besoin d’avions. Si vous considérez ceci, nous réalisons que notre infériorité nous a poussés à accomplir tout ce que nous avons fait.

En définitive, et si l’on en croit Ichiro Kishimi, cette infériorité nous a apporté quelque chose d’encore plus important que ce que nous avons accompli technologiquement : la convivialité. Depuis l’époque des chasseurs-cueilleurs, nous avons eu besoin de collaborer pour rester en vie. Ainsi, notre infériorité nous relie au reste de l’humanité.

Féliciter un enfant qui souffre d’un complexe d’infériorité le sépare en fait de ce sentiment d’unité. De tels éloges tels que « tu es unique » ou « tu es différent des autres » le séparent de la société. Ce qui est encore plus terrible, d’après Ichiro Kishimi, c’est que cela l’éduque à s’appuyer sur les autres pour obtenir l’approbation – ironiquement, cela la fait rester éternellement dans l’infériorité, au lieu de lui permettre de développer son autonomie.

IKIGAÏ : LA MÉTHODE DES 4 POST-IT POUR ENFIN VIVRE LA VIE QUE VOUS DÉSIREZ ✨

Le plan d’action décomplexé pour trouver votre raison d’être, suivre votre voie et être épanouie au quotidien.

Chapitre 6 du livre de Ichiro Kishimi – Votre amitié est la meilleure chose que les élèves puissent apprendre de vous

Ichiro Kishimi dit que l’éducation ressemble à des cadeaux. Les éducateurs offrent à leurs élèves des talents, des informations, de l’attention, et leur consacrent du temps. Les éducateurs exceptionnels ont la capacité de fournir à leurs élèves quelque chose de plus que cela. Ils peuvent donner de la joie à leurs élèves. Mais ce n’est pas la seule chose qu’ils peuvent faire. Ils peuvent également les doter de la capacité de construire et de maintenir la joie dans leur vie personnelle, même plusieurs années après qu’ils ne soient plus sur les bancs de l’école.

Adler a élaboré une théorie intrigante. Selon lui, tout problème est interpersonnel.

Pourquoi les problèmes affectent-ils la joie ? Vous le découvrirez bientôt. Cependant, examinons d’abord la théorie selon laquelle chaque problème est interpersonnel. S’il n’y avait personne d’autre que vous dans le monde, Adler pensait que vous vivriez sans compétition, sans jalousie, ni même sans solitude – en effet, puisque vous êtes véritablement seul, il n’y a aucun moyen de devenir solitaire.

Alors, son opinion était-elle qu’il est possible d’éviter les problèmes en restant à l’écart des gens ? Au contraire, pour être franc. Pour commencer, dit Ichiro Kishimi, il est impossible de s’éloigner des gens. Dès le moment où ils viennent au monde, les gens sont liés aux autres. Ensuite, et c’est peut-être le plus important, Adler considérait que les relations interpersonnelles n’étaient pas uniquement la cause de tous les problèmes. Mais elles sont également à l’origine de la joie.

Selon Adler, la joie naît du « sentiment d’appartenance à la communauté » – un sentiment qui nous fait sentir que nous faisons partie de la société et que nous n’en sommes pas séparés. Chaque personne vient au monde avec ce sentiment inhérent en elle, mais nous devons tous l’initier. Son activation dépend de nos « relations d’amitié », comme les appelle Adler. Il ne s’agit pas seulement de trouver plusieurs amitiés proches, mais de traiter tous ceux que l’on rencontre comme des amis.

Alors, quel est le lieu dans lequel nous découvrons initialement l’amitié en tant que petits enfants ? Il s’agit tout simplement de l’école d’après Ichiro Kishimi.

C’est là qu’interviennent les éducateurs : un éducateur devient le modèle de ces relations d’amitié pour ses élèves. Elle n’a pas besoin d’agir comme si elle et ses élèves étaient des amis, mais l’important est de traiter chacun d’entre eux avec l’affection et la compréhension qu’elle témoignerait à un véritable ami.

Les éducateurs interviennent à ce stade : un éducateur devient le modèle de ces relations d’amitié pour ses élèves. Elle n’a pas besoin d’agir comme si elle et ses élèves étaient des amis, mais l’important est de traiter chacun d’eux avec l’affection et la compréhension qu’elle témoignerait à un véritable ami.

Ichiro Kishimi pense que si l’éducateur devient un modèle d’amitié de cette manière, ses élèves découvrent comment créer et maintenir leurs relations d’amitié personnelles avec les personnes qu’ils connaissent. De cette façon, ils créent l’opportunité d’une joie permanente.

La sagesse du livre de Ichiro Kishimi

Chapitre 7 – Qui est né le premier ou le dernier a une influence sur le comportement des enfants… et des adultes aussi

Nous pouvons vous présenter de nombreuses méthodologies comme les signes astrologiques, les tests Myers-Brigg, les lectures d’aura, les ennéagrammes qui montrent prétendument la personne que nous sommes, et la raison de nos actions. Cependant, ce qu’Adler avance, c’est que la seule chose qui peut trouver des réponses à notre personnalité est l’ordre de naissance.

Comme nous l’avons appris précédemment dans le livre de Ichiro Kishimi, Adler a beaucoup insisté sur les relations interpersonnelles. La plupart des relations interpersonnelles les plus fortes que les enfants traversent sont celles avec leur famille proche.

Adler pensait que les enfants traversaient ces relations de manière assez diverse, ce qui dépendait de l’ordre de leur naissance. Vous trouverez ci-dessous l’explication.

Les enfants qui sont venus au monde en premier attirent tout l’amour et l’attention de leur famille – jusqu’à un certain temps. Après l’arrivée d’un nouveau membre dans la famille, la situation devient plus complexe, et pour certains enfants venus au monde en premier, le nouvel ordre les dérange tellement qu’ils passent la plupart de leur temps dans la vie à faire des efforts pour réparer et ramener le nouvel ordre à l’ordre précédent. Par conséquent, Ichiro Kishimi affirme que les enfants les plus âgés peuvent avoir un penchant pour le conservatisme et le pessimisme.

Les enfants qui sont venus au monde en second ou plus tard sont exactement l’inverse. Dès leur naissance, ils se retrouvent face à un rival déjà existant. Ils ont envie de dépasser leur aîné, ce qui donne à ce dernier une position plus forte. Par conséquent, et selon Ichiro Kishimi, l’estime de soi des frères et sœurs plus juvéniles peut entraîner une défiance et un refus de la dynamique familiale.

Cependant, les choses sont également difficiles pour ceux qui sont le seul enfant de leur famille. Il y a toujours en eux une inquiétude persistante quant à l’arrivée éventuelle d’un nouveau frère ou d’une nouvelle sœur et d’un adversaire. Toutefois, si cela n’arrive jamais, ces enfants dirigent cette rivalité sur leurs pères et mères. Par conséquent, la relation entre eux et leur famille peut devenir pugnace.

Si les penchants sont liés à l’ordre de naissance, ils sont alors particulièrement délétères. De plus, Ichiro Kishimi déclare que l’autonomie devient improbable pour eux puisque tous leurs comportements sont attachés à l’approbation et à l’attention des personnes de la famille.

Que peuvent faire les enseignants et les parents pour aider les enfants à surmonter ces mauvaises tendances ? Les éducateurs peuvent motiver les enfants à trouver un moyen d’être autonomes. Les familles peuvent développer fastidieusement des relations équilibrées avec tous leurs enfants.

Cependant, la meilleure chose qu’ils puissent faire selon Ichiro Kishimi est de se libérer de ses penchants de l’ordre de naissance. Si elles ne sont pas contrôlées, ces conduites de recherche d’attention peuvent se poursuivre à l’âge adulte, faisant obstacle à l’apprentissage de l’autonomie.

Chapitre 8 – L’amour aide à passer de la dépendance à l’indépendance

Ichiro Kishimi déclare que lorsqu’un bébé vient au monde, il devient le centre de son propre petit cosmos. Il a la toute-puissance des dieux : s’il veut que les autres le réconfortent, lui donnent à manger ou le balancent, il lui suffit de pleurer. « ‘Moi’ – apprend l’enfant – ‘Je’ suis l’être le plus important de la planète. »

Naturellement, il peut avoir de l’influence, mais il est aussi totalement dépendant des autres.

De plus, s’il accomplit pleinement la transition de la dépendance à l’indépendance, il devra se débarrasser de la chose qu’il a embrassée avec amour : cette notion de « moi » comme centre du cosmos.

Alors, quels moyens suit-il pour y parvenir ? Voici une question pleine de sens de Ichiro Kishimi.

Adler pensait que la véritable indépendance ne pouvait être libérée que par l’amour.

Vous pourriez être excusé de penser que l’éminent psychologue a perdu la tête – l’amour n’implique-t-il pas d’être dépendant d’une autre personne ?

Eh bien, c’est précisément ce qu’Adler voulait mettre en évidence.

Comme Ichiro Kishimi vous le fait comprendre, l’autonomie dont Adler parle depuis longtemps ne cherche pas à nous détacher des autres. L’auto-responsabilité nous aide à nous ouvrir. Selon Adler, l’autosuffisance implique l’abandon de l’égocentrisme ».

Une fois que les gens sont autosuffisants, ils peuvent satisfaire leurs demandes individuelles. Cela permet aux gens de vivre de manière congruente en tant que communauté, sans avoir besoin des autres pour satisfaire nos besoins ou nous donner un sentiment de valeur personnelle. Ce n’est que si les gens atteignent ce stade qu’il leur sera possible de nouer de bonnes relations. C’est par le biais de ces partenariats, affirme Adler, que le bonheur permanent peut naître.

Ichiro Kishimi parle d’un bonheur authentique. Pas celui d’un bonheur égoïste, centré sur ce que nous ressentons, ni celui d’un bonheur basé sur les autres, lié au bonheur de notre partenaire. Adler pensait que ce type de bonheur ne pouvait naître que si deux personnes abandonnaient le « moi » et formaient un nouveau lien qui se rapporte au « nous » et fonctionne pour lui.

C’est donc l’étape ultime du voyage d’un enfant de la dépendance à l’indépendance : être amoureux, quel que soit le type d’amour – romantique ou platonique – et finalement abandonner le « moi » pour le « nous ».

Avoir le courage de ne pas être aimé par Ichiro Kishimi et Fumitake Koga – Critique du livre

L’éducation ne devrait pas seulement consister à donner des informations et des chiffres – elle a un rôle beaucoup plus important à jouer. L’éducation a la capacité de développer l’autonomie des enfants. Et faire en sorte qu’un enfant développe son autonomie lui montre comment être joyeux, respectueux et en harmonie avec sa société. Les éducateurs et les familles qui sont capables de développer l’autonomie des enfants dont ils s’occupent répondent au grand objectif de l’éducation.

Cessez de disséminer les louanges, cultivez l’empathie. Voici l’enseignement clé de Ichiro Kishimi.

Adler pensait que les louanges étaient finalement préjudiciables aux enfants. Alors, comment confirmer un comportement positif ? Plutôt que des louanges telles que « Ton acte de partage montre ta générosité », qui incite l’enfant à s’auto-réfléchir, soyez le modèle de l’empathie. Dites-lui plutôt : « En permettant à Rishi de jouer avec ton jouet, tu l’as fait se sentir très joyeux. »

IKIGAÏ : LA MÉTHODE DES 4 POST-IT POUR ENFIN VIVRE LA VIE QUE VOUS DÉSIREZ ✨

Le plan d’action décomplexé pour trouver votre raison d’être, suivre votre voie et être épanouie au quotidien.

five-star-on-google

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page